Veuillez télécharger la dernière version du lecteur d'animation flash afin de visualiser correctement la page web. Adobe Flash Player

Choisir les essences qui composent une haie


Deux conceptions de la haie s'opposent : la haie monospécifique (c'est à dire composée d'une seule espèce de plante) et la haie vive, mêlant plusieurs espèces.
 

Les essences communes


Simples à mettre en place, les haies monospécifiques offrent un écran régulier et uniforme. Elles permettront de couper facilement la vue, de freiner le vent et d'atténuer les bruits, et mettront en valeur les massifs de votre jardin. Attention toutefois à leur développement important qui exige un entretien régulier. Les haies monospécifiques sont en général composées d'une des essences ci-dessous.
 

Le cyprès de Leyland (Cupressocyparis leylandii) : conifère de croissance très rapide (croissance supérieure au thuya), au feuillage dense, il supporte des tailles très sévères. Espèce très rustique, poussant même en sol pauvre, mais sensible aux champignons en sols lourds. Ces caractéristiques en font une espèce très intéressante en haie. Il peut être utilisé taillé ou en haie libre, où il peut monter à 20 mètres de haut. Existe en variété verte ou jaune.

Le thuya (Thuja plicata): conifère de croissance très rapide (de l'ordre de 30 à 40 cm par an), au feuillage très dense, les thuya forment rapidement un écran vert. Pour contenir le volume de la haie, tailler de façon régulière, car le thuya repart assez mal suite à une taille sévère. Il peut également être utilisé en haie libre où il peut monter à 20 mètres de haut.

Le laurier-cerise ou laurier-palme (Prunus laurocerasus) : essence persistante au feuillage coriace brillant, rustique et de croissance rapide. Il affectionne les sols frais et les climats doux mais pousse dans tous les sols. Il peut atteindre 5 à 8 mètres de haut. Fleurit en avril - mai, en grappes blanches. Existe en variétés classiques, en variétés à faible développement pour des haies basses (0,80m, 1,20m, 1,50m) et en variétés modernes aux nombreuses qualités (port plus trappu, moins de travaux de taille...).

Le laurier du Portugal (Prunus lusitanica) : essence persistante de croissance moyenne et de port naturellement conique. Joli feuillage vernissé. Il pousse dans tout type de sol et peut également atteindre 5 à 8 mètres. Floraison en mai - juin en grappes blanches légèrement parfumées. Une alternative intéressante aux espèces les plus courantes.

La charmille (Carpinus betulus) : espèce marcescente, c'est à dire dont le feuillage fane en automne mais ne se détache de la plante qu'au printemps suivant, lors de l'apparition des nouvelles feuilles. Arbuste aux feuilles bien nervurées, vert tendre, jaunissant en automne. Rustique, il s'adapte à tous les sols, sauf très calcaires ou très secs en été. Supporte les tailles sévères. Refuge de biodiversité.

Le troène (Ligustrum japonicum ou Ligustrum vulgare) : arbuste persistant (troène du Japon) ou semi-persistant (troène commun), aux feuilles ovales, pour tout type de sol, même calcaire. Il peut atteindre 3 mètres de haut comme de large. Fleurs blanches en juin - juillet très parfumées, laissant la place à des grappes de baies noires. Il supporte bien les tailles, même sévères. Le troène commun est aussi un refuge de biodiversité au jardin.

Le photinia (Photinia fraseri 'Red Robin') : arbuste persistant au feuillage vert foncé et aux jeunes pousses de couleur rouge. Peu exigeant et très résistant, il supporte la sécheresse, le calcaire, l'ombre légère et ne craint pas les maladies ou les insectes. Sa croissance est modérée. Tailler régulièrement pour conserver sa couleur rouge - bronze.

Le bambou : catégorie de plantes regroupant des genres et espèces très variés. Faites-vous conseiller : les hauteurs de développement des bambous vont de 50 centimètres à plus de 10 mètres et intégrez le caractère traçant (colonisation du terrain par l'émission de tiges souterraines) ou cespiteux (développement en touffe) de la plante. Faible entretien et d'un bel aspect décoratif.

L'éléagnus (Elaeagnus ebbingei) : arbuste persistant au feuillage vert argenté ou panaché de jaune vif. Espèce très utile pour sa résistance à de nombreuses contraintes telles que les maladies, les insectes, le vent, la sécheresse, les sols salés et les tailles sévères. Arbuste de rusticité moyenne. Un sol drainé améliore sa résistance au froid.

Le pyracantha ou buisson ardent (Pyracantha) : arbuste persistant aux rameaux épineux, intéressant en automne / hiver pour sa fructification colorée (rouge, orange ou jaune). Supporte les tailles sévères. Existe en variétés classiques ou en variétés modernes résistantes aux maladies. Refuge de biodiversité.


Les essences de haies vives


L'utilisation trop systématique des haies monospécifiques tend à créer des paysages banals, monotones, et un environnement peu adapté à la vie des insectes et des oiseaux de nos régions. L'association de plusieurs espèces dans les haies vives en font un cadre plus propice à la biodiversité et laisse libre cours à la créativité pour mêler caduques et persistants (compter environ 2/3 - 1/3), ainsi que floraisons, fructifications, feuillages et ports décoratifs.
 

Les "essences communes" décrites ci-dessus s'intègrent souvent très bien dans les haies vives, à vous de les mêler aux essences ci-dessous...
 

L'amélanchier du Canada (Amelanchier lamarckii = Amelanchier canadensis) : arbuste caduc à floraison blanche en grappes d'étoiles en avril / mai, avant la sortie des feuilles. Fructification en été pourpre à noire, appréciée des oiseaux et comestible. Feuillage automnal jaune puis d'un très beau rouge cuivré. Port dressé, dense. Pour sol neutre ou acide. Très rustique. Sans entretien.

L'arbousier ou arbre à fraises (Arbutus unedo) : arbuste persistant à floraison blanche en grappes pendantes aux mois de septembre / octobre. En climat doux, il produit en hiver des fruits ronds de couleur rouge et comestibles. Pour sol neutre ou acide, résistant à la sécheresse. Rustique. Croissance modérée.

L'aucuba du Japon (Aucuba japonica) : arbuste persistant aux grandes feuilles coriaces et luisantes. Il atteint 3 mètres de haut, sa croissance est lente. Espèce adaptée à l'ombre. Existe en variétés à feuillage vert ou panaché de jaune.

Le buis (Buxus sempervirens) : arbuste persistant à petites feuilles vert lumineux. De croissance lente, il peut atteindre 2 mètres de haut. Adapté à l'ombre et aux sols calcaires. Existe en variétés vertes ou marginées de blanc. Refuge de biodiversité.

Le cerisier à fleurs (Prunus cerasifera, Prunus padus, Prunus sargentii ou Prunus serrulata) : arbre ou arbuste caduc, à floraison printanière, avant les feuilles, blanche, rose ou pourpre selon les espèces et variétés.

Le chèvrefeuille du Japon (Lonicera japonica 'Hall's Prolific') : arbuste grimpant à feuillage persistant et à floraison blanc crème très parfumée au printemps devenant jaune en été. Il existe d'autres variétés de chèvrefeuille offrant des feuillages verts ou pourpres et des floraisons jaune à rouge.

Le cornouiller (Cornus alba ou Cornus sanguinea) : les cornouillers offrent une grande diversité de feuillages et de ports, autour d'un point commun : l'intérêt des rameaux nus en hiver. Bois rouge, orange feu ou jaune, ils égayent les haies vives en hiver et ne sont pas en reste en été grâce à leur feuillage doré ou panaché. Refuges de biodiversité.

L'érable champêtre (Acer campestre) : arbuste naturellement présent dans nos régions, couramment utilisé en haie bocagère, aux petites feuilles vertes puis jaunes à l'automne et à l'écorce liégeuse profondément crevassée donnant un bel effet en hiver. Refuge de biodiversité.

L'eucalyptus de Gunn (Eucalyptus gunnii) : arbuste persistant au très beau feuillage aromatique gris bleuté et à l'écorce blanche, parmi les plus rustiques du genre.

Le fusain (Euonymus alatus, Euonymus europaeus ou Euonymus japonicus) : les fusains regroupent des arbustes persistants (Fusain du Japon) et des arbustes caducs, au feuillage vert ou panaché, pouvant offrir une élégante fructification rouge (Fusain d'Europe) ou un feuillage rouge pourpre à l'automne (Fusain ailé et Fusain d'Europe) ainsi qu'une originale écorce liégeuse (Fusain ailé). Le fusain d'Europe, naturellement présent dans nos régions est aussi un refuge de biodiversité au jardin.

Le genêt à balais (Cytisus scoparius) : arbustes à fleurs au port érigé et aux rameaux toujours verts dont la floraison apparaît en mai et peut se maintenir jusqu'en juillet. Existe en variétés à fleurs jaunes, roses, rouges, blanches, bicolores jaunes et rouges, jaunes et roses, jaunes et oranges.

Le groseiller à fleurs (Ribes sanguineum) : arbuste à floraison printannière en grappes de fleurs rouges retombantes.

Le houx (Ilex aquifolium) : arbuste à feuillage persistant à croissance lente et à fructification en baies rouges brillantes. Refuge de biodiversité.

Le laurier sauce (Laurus nobilis) : arbuste à feuillage persistant au feuillage aromatique pouvant atteindre 4m de haut.

Le laurier tin (Viburnum tinus) : arbuste très intéressant pour ses nombreuses qualités : feuillage persistant, longue floraison blanche et parfumée en période hivernale, fructification bleu métallique, port naturel en boule.

Le lilas (Syringa vulgaris) : arbuste à floraison parfumée au mois de mai. Nombreux coloris de fleurs, simples ou doubles. Longue tenue en vase.

Le mahonia (Mahonia aquifolium) : arbuste persistant à floraison jaune vif en fin d'hiver ou début de printemps, à développement limité.

Le merisier ou cerisier sauvage (Prunus avium) : arbre ou arbuste de grand développement, commun en forêt, à floraison blanche au printemps et produisant de petits fruits amers en été. Refuge de biodiversité.

Le néflier d'Allemagne (Mespilus germanica) : arbuste caduc très rustique, de grand développement, produisant des fruits comestibles une fois blets, et au feuillage teinté de roux en automne.

Le noisetier ou coudrier (Corylus avellana) : arbuste caduc formant une touffe arrondie, au feuillage doré en automne et décoratif en hiver par ses nombreux châtons mâles retombants. Produit des noisettes en automne. Refuge de biodiversité. Existe en variétés à gros fruits, à feuillage pourpre ou à bois tortueux.

L'oranger du Mexique (Choisya ternata) : arbuste persistant au feuillage aromatique et brillant, à la floraison parfumée en mai - juin, résistant au sec. Arbuste de rusticité moyenne. Un sol drainé améliore sa résistance au froid. Existe en variétés à feuillage doré ou à feuillage plus lacinié.

Le seringat (Philadelphus coronarius) : arbuste caduc à floraison blanche et parfumée en mai - juin. Fleurs simples ou doubles, port plus ou moins haut selon les variétés.

Le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) : arbuste ou arbre au feuillage composé, caduc, adapté à l'altitude, à la fructification rouge orangé de la fin de l'été jusqu'en l'hiver qui constitue un refuge de biodiversité.

Le sureau (Sambucus nigra) : arbuste caduc au feuillage composé fleurissant en été et produisant en août de nombreuses grappes de baies noires comestibles. Il participe à la biodiversité au jardin.

Le tamaris (Tamarix tetrandra ou Tamarix ramosissima) : arbuste caduc à floraison rose en grandes panicules légères et gracieuses au printemps avant les feuilles (Tamarix tatrandra) ou en été (Tamaris ramosissima).

La viorne lantane ou viorne mansienne (Viburnum lantana) : arbuste caduc à la floraison blanche en mai - juin, au feuillage pubescent devenant jaune orangé en automne, naturellement présent dans nos régions. Refuge de biodiversité.

La viorne obier (Viburnum opulus) : arbuste caduc à floraison blanche en mai - juin et produisant des grappes de fruits rouge vif très décoratives en été. Existe en variété stérile à grosses fleurs (Viorne 'Boule de neige').


 



© Pépinières Rey Morancé (Rhône, 69, Lyon, Villefranche) - 2018